Tests alimentaires : Brebis

Les brebis constituent un modèle idéal pour l’étude des régimes alimentaires des ruminants. D’une manière générale, les ruminants sont les consommateurs primaires les plus abondants dans de nombreux gisements néogène et quaternaire. Ainsi leurs habitudes alimentaires, une fois reconstituées, vont renseigner sur la composition de la végétation passée.

Les essais alimentaires sur les brebis ont été menés dans le cadre de l’ANR TriDent, dans une ferme expérimentale sous la supervision du Centre Interrégional d’Information et de Recherche en Production Ovine (CIIRPO) et de l’Institut de l’Élevage.

Les brebis ont été réparties dans différents groupes correspondant chacun à un régime distinct (graminées, trèfles seuls ou avec châtaignes, orges, maïs…).

L’objectif étant de tester les effets de l’alimentation consommée sur l’état de l’abrasion dentaire après plusieurs semaines.

Plusieurs hypothèses ont été testées (ci-dessous) :

Hypothèse n°1 : La poussière peut-elle masquer le signal du régime alimentaire porté par la micro-usure dentaire ?

_ Protocole : Échantillon de 40 brebis réparties en 4 groupes auxquels une alimentation différente a été fournie : Herbe ou trèfle avec ou sans « poussières » (particules sédimentaires micrométriques).

_ Résultats : Il n’y a pas besoin de la présence de « poussières » pour générer des différences d’abrasion dentaire, les aliments suffisent !

_ Pour en savoir plus : https://royalsocietypublishing.org/doi/full/10.1098/rspb.2016.1032

Hypothèse n°2 : Quels paramètres des graines contrôlent l’abrasion dentaire ?

_ Protocole : Échantillon de 40 brebis réparties en 4 groupes auxquels une alimentation différente a été fournie : 100 % trèfle, 75 % trèfle et 25 % châtaigne, 75 % trèfle et 25 % maïs ou 75 % trèfle et 25 % orge.

_ Résultats : Il y a une différence significative entre les brebis ayant consommé de l’orge et du trèfle. Les paramètres de texture ne semblent pas corrélés à la dureté des graines.

_ Pour en savoir plus : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/ece3.2241

Hypothèse n°3 : Toutes les dents, toutes les facettes fournissent-elles un même signal ?

_ Protocole : Échantillon de 30 brebis réparties en 3 groupes auxquels une alimentation différente a été fournie : 100 % trèfle, 75% trèfle et 25 % orge ou 100 % herbe. Pour chaque spécimen, les molaires inférieures et supérieures sont scannées.

_ Résultats : Il n’est pas nécessaire d’augmenter artificiellement nos échantillons fossiles en intégrant différentes facettes ou différentes dents. Leurs fonctions différentes, une fois regroupées, peuvent masquer les différentes catégories alimentaires.

_ Pour en savoir plus : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02101056/.

Hypothèse n°4 : L’analyse texturale des micro-usures dentaires peut-elle nous permettre d’aller plus loin ?

_ Protocole : Analyse par sous-échantillonnage des surfaces dentaires de 3 lots représentant 3 espèces ayant des régimes alimentaires différents (Alcelaphus buselaphus, Alces alces et Cephalophus silvicultor).

_ Résultats : En sous-échantilonnant on identifie des paramètres permettant une discrimination plus performante.

_ Pour en savoir plus : https://iopscience.iop.org/article/10.1088/2051-672X/aa9dd3/meta

Financés par

Partenaires et Collaborations